Accueil  Plan du site  Contact
  Agenda   Revue de presse   Chiffres clés   FAQ
Recherche
  عربية    Español    Français    English    Deutsch    Русский    Português    Italiano  


 
Ports Réduire
Les côtes de la région du sud du Royaume, d'Agadir à Lagouira, s’étalent sur une longueur de 1700 km, soit un peu plus de la moitié de toute la façade maritime du Royaume. En 1976, la région du Sahara était pratiquement dépourvue de toute installation portuaire significative.
Actuellement, les installations portuaires existantes revêtent une importance capitale. Leur mise en service a considérablement participé au développement économique de la région.

_COR7537.jpg

Les activités liées au transit par ces ports sont créatrices de dizaines de milliers d'emplois directs et indirects exigeant une main d'œuvre de formation et de qualification très diverse.

_COR7541.jpg

Vu l'importance du rôle que jouent les ports dans l'économie nationale, des investissements ont été réalisés, engagés ou programmés dans la période allant de 1975 à 2007 pour accompagner le développement de la région du Sahara.

_COR7544.jpg


A cet égard, la stratégie poursuivie s'articule autour de trois axes principaux:
- Le renforcement du rôle des ports de la région du Sahara dans le développement économique et social de la région;
- La contribution au désenclavement de la région du Sahara ;
- La consolidation de la politique de déconcentration du trafic portuaire.

_COR4745.jpg


La mise en œuvre de cette stratégie s’est traduite par la conduite et la réalisation de plusieurs projets dans les ports de la région du Sahara, dont notamment :

- La création de zones d’activités mitoyennes aux ports notamment la zone portuaire de Dakhla d’une superficie de 270Ha permettant de mettre à la disposition des investisseurs potentiels des plates-formes valorisées pour l’implantation d’unités industrielles ;

- La construction d’infrastructures portuaires nouvelles comme par exemple le nouveau port de Dakhla.

- Le renforcement d’infrastructures favorisant le développement de l’activité de pêche à travers la réalisation de chantiers de réparation navals, l’aménagement de zones portuaires pour l’implantation d’industries de transformation des produits de la pêche, le renforcement des capacités des chaînes de froid grâce aux encouragements apportés aux investisseurs privés,  …etc.

_COR0083.jpg


_COR0100.jpg


- Les ports de la région du Sahara participent également au désenclavement de cette région, de par leur rôle de porte maritime sur l’extérieur (trafic international) et l’intérieur du pays (cabotage). Ils favorisent aussi la création d’infrastructures de transport terrestre.

_COR4730.jpg



Principales réalisations dans le secteur portuaire
 

Carte d'illustration des ports

SECTEUR PORTUAIRE.jpg

• Port de Tan-Tan

Le port de Tan-Tan a été créé en 1977. La première tranche de travaux de ce port a été réalisée entre 1977 et 1980 avec un coût global de 300 millions de dirhams pour faire face aux besoins à moyen terme de la pêche côtière, de la petite pêche hauturière et du petit cabotage.

Des compléments d’infrastructures dont le prolongement de la digue sur 220 ml et la construction d’un poste à quai de 150 ml, ont été réalisés entre 1986 et 1987 pour une enveloppe de l’ordre de 150 millions de dirhams et ce, pour recevoir les bateaux de pêche hauturière et les cargos chargés de l’évacuation des produits de la pêche.
Dans le but de lutter contre l’ensablement qui perturbait l’exploitation, d’améliorer les conditions d’accès et d’augmenter la capacité d’accueil du port, des travaux d’extension des installations ont été réalisés pour un montant total de 198 millions de dirhams (sans compter les études pour un coût de 5 millions de dirhams). Ils ont porté sur :
  • une digue d’arrêt des sables de 700 m de longueur ;
  • un tenon d’arrêt de sable de 350 m longueur;
  • des quais de -6,5 m et - 4,0 m hydro (472 ml) et leurs équipements ;
  • une darse pour portique à sangle pour élévateur à bateaux de 320 T;
  • les remblais pour les terre-pleins ;
  • les travaux de dragage ;
  • le mur de clôture de 670 ml de longueur. 


• Port de Laâyoune

En 1980 fût construit un nouveau port à Laâyoune sous instruction royale. Ce nouveau port a été mis en service en 1986 pour assurer l’approvisionnement des régions du Sahara d’une part, et d’autre part pour valoriser les ressources halieutiques et minières de la région.
Sa Majesté le Roi Mohammed VI a procédé en date du 22 mars 2006, à l’inauguration de l’extension du port de Laâyoune dont le coup d’envoi des travaux avait été donné en Novembre 2001. L’extension du port, dont l’enveloppe financière est d’environ 280 millions de dirhams, est composée de :

Volet infrastructures :

  • des ouvrages de protection sur 1500 ml ;
  • un quai de commerce à –6,5 m sur une longueur de 276 ml et 3,3 ha de terre-pleins ;
  • un quai de pêche à -4 m sur une longueur de 225 ml et 4,2 ha de terre-pleins ;
  • une darse pour portique à sangles d’une capacité de 350 T et de 55 ml de quai de réparation à flot ;
  • 10 postes à guanos pour le déchargement des poissons (150 ml) ;
  • une rampe Ro-Ro ;

Volet équipements :

  • une grue de 25 tonnes ;
  • un remorqueur de 3.000 CV ;
  • deux chargeuses de 4 m3 ;
  • deux sauterelles de 450 T/h.

Le plan de construction ainsi qu’une vue de l’œuvre sont présentés ci-contre : 

port1.jpg

• Nouveau port de Dakhla

La ville de Dakhla, capitale de la Province de Oued Eddahab, a vu en juillet 2001 l’inauguration et la mise en service de l’un des plus grands ports de pêche du Royaume.
Ce port est destiné essentiellement au trafic lié à la pêche. Il abrite 90% de la flotte nationale. Cette zone est considérée comme l’une des plus poissonneuses du Royaume.
Le nouveau port de Dakhla est un port îlot lié à la terre par un ouvrage de 1500 ml dont deux ponts de 200 et 600 ml et une digue d’accès de 700 ml, et il est protégé par une digue de 540 ml.

Ce nouveau port offre aux usagers :

  • un quai de 300 ml avec un tirant d’eau de 8m dit quai de commerce ;
  • 3 quais d’une longueur totale de 600 ml, subdivisé en 3 parties de 300ml, 150ml et 150ml, avec un tirant d’eau de 6m constituant le bassin de pêche ;
  • une plate-forme (terre-plein) de 12 ha adossée aux quais d’accostage dont 7ha sont destinés au stockage et traitement des conteneurs et 3ha sont réservés à la réparation navale.
Dans la partie terrestre, le port offre une zone industrielle de 270ha dont environ 60ha sont aménagés pour couvrir diverses activités dont les industries de transformation, les entrepôts de stockage, la zone administrative,….etc.

L’enveloppe globale de l’investissement mobilisé pour la réalisation de cette infrastructure s’est élevée à 475 millions de dirhams dont 60 millions de dirhams pour la zone industrielle.

Les objectifs assignés à ce projet sont notamment :
  • offrir une infrastructure moderne et adéquate pour l’accueil des unités de pêche hauturière proche des zones de capture ;
  • réduire les coûts d’exploitation des bateaux de pêche eu égard à la proximité de ce port des zones de pêche;
  • offrir un espace aménagé et adéquat pour la valorisation des apports de pêche ;
  • constituer un appui logistique pour la régularisation et la sauvegarde des richesses halieutiques ;
  • offrir une logistique de débarquement, de transbordement et de transport de ces produits.

Sur le plan social, cet investissement d’envergure, contribue à la création de nouveaux emplois directs et indirects.

Ci-contre, le plan de construction ainsi que des vues du port de Dakhla.

port3.jpg


• Remplacement du demi tablier nord-est, du Wharf de l'ancien port de Dakhla et réalisation d'une rampe ro-ro dans le nouveau port

Dans le cadre de la mise à niveau des infrastructures d’accostage de l’ancien  port de Dakhla et dans le but d’améliorer la sécurité de la circulation au niveau du wharf de l’ancien port, un projet de remplacement de son demi tablier nord a été réalisé.

Les travaux relatifs à ce projet ont proté sur :

  • les travaux de démolition du demi tablier nord existant ;
  • la reconstruction du demi tablier à poutre et hourdis en béton armé;
  • la fourniture et mise en place des équipements du demi tablier ;
  • la réalisation du revêtement de chaussée.
Par ailleurs, une rampe Ro-Ro a été réalisée au nouveau port de Dakhla afin de permettre l’escale des navires rouliers. Le coût global de la réalisation des travaux sus-cités s’est élevé à 40 millions de dirhams.


• Le dragage

Tous les ports de la région du Sahara sont sujets au phénomène d’ensablement de part la nature morphologique du littoral de cette région.

Dans le but d’assurer l’accès des navires dans les meilleures conditions de sécurité, il est procédé chaque année à l’enlèvement d’environ un million de m3 de sable et de vase à partir des fonds, plans d’eau et chenaux d’accès de ces ports.

L’enveloppe annuelle engagée pour le dragage des ports sud s’élève à plus de 20 millions de dirhams.



Evolution de l'activité des ports de la région du Sahara 

• Trafic commercial 

Le trafic commercial traité par les ports de la région du Sahara, connaît une croissance continue à l’image du développement du tissu économique de ces provinces.

En effet le trafic global des ports de Tan-Tan, Laâyoune et Dakhla, est passé de 1,6 millions de tonnes seulement en 1990 à environ 5 millions de tonnes en 2006, soit une évolution moyenne de 7% annuellement.

Le trafic traité par les ports de la région du Sahara est constitué essentiellement des hydrocarbures, en import direct ou en cabotage à partir du port de Mohammedia, des exportations des phosphates et du sable, des produits de la pêche et dérivés (poisson congelé, huile et farine de poisson). 

Les graphiques ci-après montre l’évolution du trafic des ports de la région du Sahara durant les cinq dernières années.


port6.jpg


port7.jpg



• Trafic de pêche 

Les ports de la région du Sahara (Sidi-Ifni, Tan-Tan, Laâyoune, Dakhla, Boujdour, Tarfaya) assurent le transit de 66% de la production nationale de la pêche côtière avec une quantité des débarquements d’environ 470.000 tonnes.


Le port de Laâyoune occupe le premier rang par le débarquement de plus de 305.000T de captures de pêche côtière.

En 2006, la répartition des débarquements des produits de la pêche par port, se présente comme suit :

 

port8.jpg


Le développement soutenu des ports de la région du Sahara a entraîné la croissance rapide des quantités débarquées et le développement des activités connexes : la réparation navale, l’installation d’usines de transformation et de valorisation (conserveries, fabriques de glace, fabriques de farines et huiles de poissons).

Source : Agence Nationale des Ports (2007)

    
© CORCAS 2013 - Tous droits résérvés